À propos

Laetitia BeaumelJe ne sais pas si c’est parce que je suis née au Puy-en-Velay, d’où part le chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle, mais j’ai toujours aimé être sur la route. Prendre des directions parfois contradictoires, explorer des sentiers secondaires. Ce grisant du voyage… Née en Auvergne en 1986, je me rappelle avoir eu le goût du Québec dès l’âge de 8 ou 9 ans. Mais il faudra attendre quelques années avant que je puisse passer de l’autre côté de l’Atlantique, pour poursuivre mon destin en quatre points cardinaux.

Musique

Pour grandir, je me suis d’abord appuyée sur la musique. J’ai appris le solfège et pratiqué  la guitare classique, le piano ainsi que le chant lyrique jusqu’à entrer en 2001 à la Maîtrise du laeti-chantchœur d’adolescentes de l’Opéra National de Lyon, où j’ai eu la chance de recevoir une formation complète (danse, chant choral, chant lyrique, piano) en plus de participer aux productions de l’Opéra. La même année, j’ai intégré le groupe de rock alternatif EATEA, au sein duquel j’ai pu commencer la basse électrique et l’enregistrement studio. Quelques années et deux albums plus tard, j’avais vécu, grâce à la musique, les plus beaux moments de complicité et de partage de toute ma vie. Et j’avais aussi rencontré, dans mon groupe d’adolescence, celui qui deviendra dix ans plus tard mon compagnon de vie et le père de mes enfants !

Aujourd’hui, je suis choriste alto au Chœur de l’Orchestre Symphonique de Québec, avec lequel je chante pour mon plus grand plaisir depuis septembre 2016.

Littérature

Parallèlement à ce parcours musical, je me rappelle avoir toujours écrit. J’ai tenu un journal de 1995 à 2006, et j’ai cofondé en 2002, à Saint-Symphorien-sur-Coise (France) feu le mensuel Le Polémiste, journal local d’opinion et d’actualités. Mon goût pour la littérature m’a amenée à entreprendre, en 2004, des études en Lettres Modernes à l’Université Lyon II. Ces études, bien que passionnantes, me semblaient manquer de corps. J’aimais lire, bien sûr, mais j’aimais par-dessus tout l’écriture, et il n’existait pas, à l’époque, de programme sérieux de création littéraire en France. Je me suis donc envolée pour Québec, où j’ai complété, à l’Université Laval, un baccalauréat puis une maîtrise en études littéraires avec une majeure en création.

Aujourd’hui, je suis poète et auxiliaire d’enseignement à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Laval (Québec, Canada).

Agriculture

Ayant passé toutes mes vacances d’enfance à la campagne, chez mes grands-parents, j’ai toujours eu un lien très fort avec la nature. Je ne peux d’ailleurs imaginer ma vie sans elle, et vivre en appartement est un véritable supplice. Lorsque je suis arrivée au Québec en 2007, j’ai entrepris, afin de tromper l’ennui que je ressentais de vivre en plein centre-ville, de me former en herboristerie traditionnelle afin d’acquérir des connaissances sur dscf3904nbles plantes médicinales. J’ai donc suivi, en plus de mes études littéraires, une formation privée par correspondance auprès de l’Herbothèque, un merveilleux institut de recherche et d’éducation en santé naturelle situé à Lantier, dans les Laurentides. Les plantes ont alors très vite pris une grande importance dans ma vie, au point de devenir quotidiennement présentes pour mes proches et moi. Mon baccalauréat littéraire enpoche, j’ai décidé de monter une entreprise d’herboristerie fine, Le Chaudron Magique, afin d’utiliser à la fois mes compétences poétiques et mes talents de sorcière, en proposant des produits naturels artisanaux. Après deux ans à cultiver et transformer mes plantes, j’ai voulu approfondir mes connaissances agricoles, en004-copie particulier l’approche biodynamique. Comme la seule formation francophone en bodynamie se trouvait en France… me voilà de nouveau dans l’avion, direction mon pays natal. De 2011 à 2013, j’ai suivi le cursus du Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole en polyculture-élevage adapté à la biodynamie au CFPPA de Obernai (Bas-Rhin, France). Cette formation extrêmement riche m’a permis d’apprendre, entre autres, la conduite d’un troupeau de chèvres (de l’élevage à la transformation fromagère), la transformation des petits fruits, l’apiculture ou encore la traction animale.

Aujourd’hui, je suis thérapeute en santé naturelle et je monte un projet de ferme agriculturelle.

Périnatalité

Enfin, la périnatalité s’est ajoutée comme quatrième et dernier pilier lorsque je suis devenue mère. J’ai découvert avec bonheur les joies de l’enfantement et du maternage, dscf6110et j’ai décidé de me former en accompagnement à la naissance et en soutien à l’allaitement pour pouvoir aider d’autres femmes dans ces grands moments de passage. Ces merveilleux outils se combinent très bien avec l’herboristerie traditionnelle, et font partie de nos meilleures armes pour bâtir un monde de paix. Quand les enfants sont accueillis et traités avec respect, le monde devient meilleur et nous promet un avenir plus juste et plus heureux.

Aujourd’hui, j’ai trois enfants avec qui j’ai le bonheur de vivre la grande aventure de l’école-maison.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s